Proposition au CODEV en 2004 d'une bourse locale par jean SALWA et Didier SALWA lors de leur participation à cette commission

Suite à leur participation au petit déjeuner de travail, animé par Lionel STOLERU, traitant  La demande dans le secteur de la finance,

qui a eu lieu mardi 26 octobre 2004,

Jean(1) et Didier Salwa (2), experts en financement en fonds propres par le Marche Libre et l’appel public et /ou privé à l’épargne pour les PME-PMI, fondateurs du réseau des associations Love money pour l’Emploi

 

vous proposent leurs contributions sur :

(rappel de leur intervention du mardi 26 octobre 2004)

 

Nouvelle activité : La place financière de Paris peut créer et développer une bourse locale destinée à favoriser l’investissement dans les PME PMI de Paris et sa banlieue.

Nous préconisons que la place de Paris suscite et développe la création d’intermédiaires spécialisés tel qu’ils existaient avant 1960 (les Courtiers en valeurs mobilières étaient spécialistes de la cotation des actions TPE et PME).

Outre le financement des PME, cette activité permettrait de créer plusieurs centaines d’emplois dans ce nouveau métier de la finance.

Bonnes pratiques : Orienter l'épargne des ménages vers les entreprises de Paris et de la Région Parisienne.

L’expérience de Love money pour l’Emploi démontre que quatre conditions doivent être réunies pour orienter l’épargne des ménages vers la création d’entreprises et d’emplois :

 

-        encourager, donner l’idée et le goût à créer des projets ambitieux (même non high-tech).

-        utiliser une technique qui permet d’enseigner aux ménages les moyens de reconnaître les risques de l’investissement leur permettant ainsi décider ou non de l’investissement en toute connaissance de cause.

-        garantir, lors de réussite des projets la sortie des investissements de leur épargne.

-        accompagner et former les chefs d’entreprises

 

NB :           Ces quatre conditions sont exigées et mises en œuvre dans le concept Love money pour l’Emploi (voir www.love-money.org et www.sosdepotdebilan.com ).

Elles permettent de développer dans les ménages un esprit de solidarité et de fraternité tout respectant un ratio de sécurité/ rentabilité honorable.

Ce concept qui sort de sa période test fonctionne depuis 1998 s’inspirant des règles concernant la prévention et la protection des investisseurs de la COB (AMF).

Six cents personnes ont souscrit dans le capital de neuf entreprises (création, développement ou transmission). Deux millions d’euros ont été ainsi collectés ce qui

a permis de créer 100 emplois.

Par ailleurs, différents niveaux de formation sur les règles de l’épargne de proximité a été enseignées à prés de 1 200 parisien(ne)s. Parmi ceux-ci, dix personnes

ont utilisé hors du champ de l’association de Paris cette formation qui leur à permis de créer des entreprises en S.A.

Cette démarche peut être facilement appliquée et développée à l’échelle de la capitale.

 

Formation hors de l’association* : Mise en place de programmes de formation sur les financements en fonds propres collectés auprès de l’épargne de proximité. (Cette démarche s’adresser aux créateurs d’entreprises, aux responsables des PME et aux associations de la finance solidaire).

*Il est nécessaire d’encourager et d’aider les associations à s’orienter vers une réelle formation financière seule susceptible de transmettre de réelles ambitions de croissance aux entreprises.

 

 

Propositions concernant le palais Brogniart : Hébergement  de manière permanente dans une des ailes de la Bourse de Paris (par exemple l'aile ou étaient les Courtiers en valeurs mobilières) pour y installer les siège et les permanences des associations* de la finance solidaire et du commerce équitable.

-                           Le palais Brogniart  deviendra ainsi un point de rencontres qui permettra de trouver toutes les informations** et la formation concernant la création, le développement, la transmission et le financement des entreprises.

* une pétition qui appui cette proposition a été lancée auprès de l’ensemble des associations concernées.

** Des services, du greffe du Tribunal de Commerce, des impôts, des caisses de retraite, de l’URSSAF etc…devraient être présents ou représentés

 

(1)      Jean Salwa est retraité, il a passé quarante années à la bourse en tant que commis d’agent de change et président du syndicat du personnel CFDT de la bourse.

(2)      Didier Salwa son fils est actuellement au chômage (il se consacre encore actuellement au réseau des associations Love money pour l'Emploi).

Voici leurs principales initiatives concernant les professions de la bourse  et les PME :

Jean Salwa entre en bourse  en mai 1949 chez Beauchet Filleau un courtier en valeurs mobilières

- 1955, il rentre commis principal chez Guiard agent de change (Guiard deviendra Tuffier Ravier)

- Il milite au sein du Syndicat CFDT du personnel de la bourse et devient vice président du syndicat

- Il est le rédacteur en chef d'un appel des quatre  syndicats de la bourse  (CGT-FO- CGC- CFDT) vers une réforme du marché boursier

1977, il quitte Tuffier Ravier et propose à un groupe de quatre Agents de change de démarcher les entreprises pour leur proposer leur introduction en bourse au marché Hors Cote (Miko, Clarins, Zodiac, Absorba Poron seront les premières entreprises introduites)

Février 1981, il fait partie de la délégation des quatre syndicats, qui après l'arrivé de la gauche, rencontre Jacques Delors pour demander de développer le rôle économique de la bourse vers les PME.

Mai 1982, il est et écouté et entendu par la commission DAUTRESME pour la rédaction du rapport "le développement et la protection de l'épargne"

Juin 1982, dans la revue professionnelle "Intercharges" il rédige un article : "Pour l'orientation de la bourse vers le financement des entreprises" qui stupéfie la profession.

Septembre 1982 , il crée la première structure en France destinée à faire découvrir, utiliser et introduire les PME en bourse au marché hors cote (54 entreprises seront introduites au hors cote de 1982 a 1988).

1982, Didier Salwa s’intègre aux initiatives de son père.

1982, Didier et Jean  organisent un dîner débats avec pour thème "Les bourses françaises doivent s'ouvrir aux PME-PMI

Février 1983, le même jour de la création du Second Marché, il crée et officialise le  Troisième Marché  destiné aux entreprises trop petites pour être acceptées au Second Marché

1996,  création de l’association ADACTE il en est le vice président (il démissionnera en 1998)

1997, Jean aide Didier Salwa à créer « Love money pour lEmploi » un réseau national de financement par fonds propres solidaires pour la création, le développement, la transmission de PME par des personnes même démunies.